.
.
 cd 

figures antiques & rites nouveaux; musique sacrée de France et du Québec.
Lucie Mayer, soprano dramatique, François Zeitouni, orgue.
Cliquer ici pour un échantillon | Cliquer ici pour commander

.

Pourquoi ce choix musical?
D'abord, par coup de cœur. J'aime toutes les œuvres réunies sur ce CD, pour leur musique, leur texte, et l'interprétation que François et moi en faisons. Elles ont chacune une identité, un je-ne-sais-quoi qui leur est propre.

Puis, parce que ce répertoire a été peu ou pas enregistré et qu'il n'est pas beaucoup joué, ce CD est en quelque sorte témoin d'un pan de notre patrimoine qui tombe dans l'oubli. Nous faisons, en quelque sorte, notre devoir de mémoire.

Parce que cette religion venue de France, qui nous a donné tout ce florilège musical, a imprimé sa marque au cœur des Québécois.

Par regard historique et musical, mais aussi par goût personnel.

Pour le bonheur de travailler avec cette équipe.

Pour la prise de son et la réalisation d'Anne-Marie Sylvestre.

Pour l'œuvre fractale qui orne la pochette, de Louis Horvath et son soutien au cours des longs mois de gestation du projet.

Pour mes parents, afin qu'ils soient bercés de ces mélodies sacrées, où qu'ils soient dans l'après-vie.

Compositeurs :

Gabriel Cusson, Offrande

http://www.thecanadianencyclopedia.com/fr/article/cusson-gabriel/
Ce que j'aime de cette pièce, c'est son côté naïf. Elle exprime très bien la foi juvénile de certains religieux et religieuses, dont quelques unEs qui m'ont enseigné. François l'a dénichée dans les archives de Raymond Daveluy, qui a étudié avec Gabriel Cusson. C'est aussi cette filiation musicale, en quelque sorte, qui fait que nous ayons décidé de l'enregistrer ici.

Francis Poulenc, Priez pour paix
http://www.poulenc.fr/
La mélodie française est l'art complexe d'exprimer le mystère poétique du texte porté par une musique, souvent composée indépendamment du poème, qui l'accompagne, le met en valeur, un écrin à pierre précieuse. La compréhension d'un poème ne peut se faire sans passer par la sensation du texte, d'abord dans la bouche, puis dans tout le corps. La prononciation devient donc cet acte corporel d'énonciation d'une double, d'une triple, voire d'une quadruple pensée: celle du poète, celle du compositeur, celle de l'interprète vocal et celle de l'interprète instrumental. Le chanteur, en plus de la précision musicale, a cette responsabilité de la clarté du texte. Une compréhension intellectuelle est essentielle, mais peut demeurer superficielle. Le texte de Priez pour Paix, de par sa simplicité, évoque une foi enfantine, mais non pas infantile. La foi enfantine a cette grandeur que l'étude intellectuelle n'est pas venue agrémenter d'arguments réfléchis (ou non). Elle est simple. Inconditionnelle. Forte. Désarmante. Et c'est bien le souhait que fait ici le poète: que sa prière soit désarmante au point d'éviter la guerre. Le mien, en interprétant ses vers, cette musique, c'est que la guerre soit chose du passé.

Lionel Daunais, Cinq chants religieux
http://encyclopediecanadienne.ca/fr/article/daunais-lionel/
http://www.prixduquebec.gouv.qc.ca/recherche/desclaureat.php?noLaureat=80
Des cinq chants religieux, rien n'est retracé... ni date, ni occasion. En fait, les chants ne sont pas liturgiques, sauf pour le Notre Père. Le Pie Jesu fait partie du Requiem, mais peut être omis. Le Souvenez-vous et le Je vous salue Marie ont pu être écrits pour des célébrations du mois de mai, le mois de Marie, le mois le plus beau, mais il est peu fréquent de les retrouver à même la liturgie. En guise de psaume ou de chant de communion, peut-être. Quant à Mon doux Jésus, un chant de communion, de première communion peut-être, la naïveté du texte rappelant la prière enfantine. L'éditeur de cette partition a retrouvé par hasard, dans le legs Daunais de la Bibliothèque Nationale, ce manuscrit qu'il a édité, probablement pour la même raison que je l'enregistre : pour le sortir de l'ombre de l'oubli.

éditions NTM : http://www.laplanteduval.com/NTM_edi.php

André Caplet, Pie Jesu
http://fr.wikipedia.org/wiki/André_Caplet
http://www.andre-caplet.fr/
C'est le caractère très discret d'André Caplet qui frappe à la première lecture/écoute du Pie Jesu. Non pas une timidité, mais plutôt une humilité face à cette œuvre écrite en 1919, au sortir de la première guerre mondiale. Une sensation de temps suspendu, qu'il exprime en mesure de 5/4. Une sensation de changement, le monde plus jamais pareil après cette guerre vendue comme étant « la guerre pour en finir avec la guerre ». Tantôt 3 temps + 2 temps, tantôt 2 temps + 3 temps, cette sensation de manque ou de trop plein qui crée un sentiment d'instabilité dans laquelle l'auditeur, ironiquement, trouve l'équilibre. Cette floraison de sensations; lorsque François et moi avons lu cette pièce (apportée par François), je ne connaissais que ses orchestrations de mélodies de Fauré et de Debussy, ainsi qu'une pièce débusquée par une ancienne élève, Une Flûte Invisible. J'aimais déjà la finesse de Caplet; le charme fut total avec Pie Jesu. Comme si la roue du destin n'avait plus assez d'un temps binaire, expression métronomique du temps, mais devait emprunter parfois un temps ici et là, pour rencontrer les nouveaux paradigmes de la vie, de la pensée d'après-guerre. Cette pensée qui ne pouvait qu'inclure le souvenir des millions de morts de 1914-1918. http://fr.wikipedia.org/wiki/Pie_Jesu

Raynald Arseneault, O Salutaris Hostia
http://www.thecanadianencyclopedia.com/fr/article/arseneault-raynald/
Cette hymne envoûtante par sa simplicité s'ouvre sur un accompagnement minimaliste de l'orgue, qui ne soutient qu'à peine les mélodies un peu plus ornées de la voix. Une pièce qui me touche tout personnellement... Voyez pourquoi ici https://www.facebook.com/FiguresAntiquesRitesNouveaux et http://fr.wikipedia.org/wiki/O_salutaris_Hostia

Jean Langlais, Trois prières
http://www.jeanlanglais.com/
Trois pièces dont les textes ont accompagné les cérémonies religieuses liées au Saint-Sacrement et aussi aux bénédictions des marins (Ave Maris Stella). Elles me font penser tour à tour à la Bretagne, à Brouage, à Rocamadour, à l'église de Sainte-Cécile de Lamèque, à la chapelle Notre-Dame-de-Bonsecours...

Wolfgang Bottenberg, Marienlied
http://encyclopediecanadienne.ca/fr/article/bottenberg-wolfgang/
Un hymne tout simple, un joli texte du poète allemand Novalis, une mélodie qui porte le texte. Un rappel de mon séjour de 7 ans en Allemagne, mais surtout un clin d'œil au Professeur Bottenberg, qui m'a accueillie dans l'antre des études musicales universitaires. Herzlichen Dank, Lieber Professor! http://fr.wikipedia.org/wiki/Novalis


échantillon : Priez pour paix de Francis Poulenc

Priez pour paix Poulenc from lucie mayer on Vimeo.



Comment commander cet album?
Inscrivez-vous à la session printemps 2017 DÈS MAINTENANT!                                                                                          Problèmes d'ordi? Besoin d'un site web? Laissez DrLouis s'en occuper!                                                                                           Visitez le côté artistique des mathématiques sur ArtFractal!                                                                                           Nouveau! Mon album "Figures antiques & rites nouveaux" est maintenant en vente!